grossierete

grossierete

(ɡrosjɛrte)
n
grossness or coarseness
Collins English Dictionary – Complete and Unabridged, 12th Edition 2014 © HarperCollins Publishers 1991, 1994, 1998, 2000, 2003, 2006, 2007, 2009, 2011, 2014
References in periodicals archive ?
Il transporte deliberement sa rage d'homme trahi et diffame, sa colere trepignante, dans la grossierete des mots, la crudite du lexique, les hachures des phrases, l'abondance des points d'exclamation et de suspension, les traits d'oralite, la destruction de la syntaxe.
[beaucoup moins que] Il a ete tenu compte, dans les deux cas, de la frustration que les joueurs ont ressentie a l'issue de leurs matches et que pour autant les erreurs eventuelles commises par les arbitres et les officiels ne sont pas de nature a justifier des propos d'une telle grossierete, venant de joueurs, certes, mediatiques, mais surtout de joueurs professionnels qui ont aussi un devoir d'exemplarite a cet egard [beaucoup plus grand que], a-t-il ajoute.
Tel est le cas du sacrifice dans la ceremonie d'initiation de l'intichiuma, qu'on trouve dans les societes australiennes mais qui est, notait Durkheim, << plus proche de nous qu'on ne pourrait le croire d'apres son apparente grossierete >> (FEVR: 485).
(1) "Bon, alors, Les 11000 Verges, je n'aime pas du tout ce texte, c'est a dire qu'Apollinaire, la, il s'est defoule dans la grossierete, c'est a dire que le plaisir qu'il a pris, c'etait de dire des grossieretes, mais de les dire de facon la plus grossiere et vulgaire possible.
Il n'y eut point d'autre source du malheur de Vanini; sa chaleur et sa grossierete dans la dispute lui valurent la haine de quelques theologiens; et ayant eu une querelle avec un nomme Francon, ou Franconi, ce Francon, ami de ses ennemis, ne manqua pas de l'accuser d'etre athee enseignant l'atheisme.
Les mots les plus agreables et les plus fins lui semblaient entaches de grossierete, et la clef que l'on rend dans le second acte du Mariage de Raison le chassa du spectacle" (OC 5: 46).
Dans La raison dans l'histoire, le chapitre ou il est question de l'Afrique offre la justification de la preference pour un regime despotique en cette partie du monde : la violence, la << grossierete sensible >> et la sauvagerie des Africains ne peuvent etre autrement domptees que par une force despotique.